La race Duroc

La race Duroc est originaire de l’Est des États-Unis. Des porcs rouges, pouvant être les ancêtres de la race, ont été importés très précocement en Amérique du Nord. Des navigateurs espagnols dont Christophe Colomb ainsi que des navigateurs portugais en auraient embarqué sur leurs navires. D’autres porcs à la robe rouge, de race Berkshire, ont également été importés en Angleterre dans la même période.

Au début du XIXe siècle, deux races de porcs rouges sont élevés parallèlement dans la région de la Corn Belt, aux États-Unis. Il s’agit du Jersey Red, élevé dans la région de New Jersey, et du Duroc, élevé dans la région de New York. Celui-ci apparaît lorsque Isaac Frink de Milton, dans le Saratoga, achète un porc rouge à Harry Kelsey et nomme se verrat « Duroc », en l’honneur d’un étalon que Kelsey possède. La race Duroc descend de ce verrat, et porte dès lors le nom d’un cheval. Les deux races à l’origine du Duroc sont alors bien différentes. Le Duroc est plus petit que le Jersey Red, mais a des os plus fins et une carcasse de meilleure qualité. Dans les années 1860, des croisements sont réalisés entre Jersey Red et Duroc, et on obtient des animaux intermédiaires entre les deux races. Celles-ci continuent de se rapprocher et en 1883 est créée l’Association américaine Duroc-Jersey. La race prend rapidement le nom plus court de Duroc, et les différentes associations qui se créées autour d’elles sont regroupées au sein de la United Duroc Swine Registry en 1934.

Le Duroc est vite apprécié par les éleveurs américains pour sa taille et les qualités de sa viande. Il se développe dans le pays tout au long du XXe siècle pour y devenir une race majeure. À partir des années 1960, la race s’exporte hors des États-Unis pour être utilisée dans divers pays pour réaliser des croisements en vue d’obtenir des verrats terminaux.

Il existe à ce jour plus de 350 races porcines à travers la planète. 
Plus nombreuses d’antan elles ont diminué au bénéfice de races moins grasses préférées des consommateurs .

 Deux catégories distinctes composent le paysage porcin en France : 

– les races classiques

 – les races rustiques

Les races classiques

C’est principalement de cette catégorie que proviennent les sujets destinés au croisement dans la plupart des élevages de porcs français.

Le Landrace

Originaire du Danemark et de Suède, ces animaux présentent une robe claire avec peu de poils pour un corps allongé et fin avec des oreilles tombantes.

Le Large white

Cette race est originaire du Royaume-Uni. Les animaux présentent une robe claire avec peu de poils.
Leurs corps moins allongé que le landrace et des oreilles relevées.

Le Large white

Cette race est originaire du Royaume-Uni. Les animaux présentent une robe claire avec peu de poils.
Leurs corps moins allongé que le landrace et des oreilles relevées.

Le Piétrain

Cette race est originaire de Belgique. Une robe claire tachetée de noir et parfois de roux habille cet animal pourvu d’une musculation développée et très bien conformée. Cette race produit une grande quantité de viande par rapport à son poids.

Le Duroc

 Originaire d’Amérique du Nord.
Cette race se caractérise par une robe rousse brune uniforme. D’aspect rustique, elle présente un corps allongé, des membres forts et des oreilles tombantes.

Les races rustique

D’autre part, il demeure en France 6 races dites rustiques ou locales qui sont des anciennes races régionales.

La race basque

Cette race est originaire du Pays Basque. Les animaux se caractérisent par une robe bicolore, un corps trapu et des oreilles tombantes. Elevée en plein air, cette race est adaptée à la marche en montagne et à des conditions climatiques qui peuvent être dures.

La race gasconne

Cette race est originaire de Gascogne dans le Sud Ouest de la France. Les porcs se caractérisent par une robe noire comprenant beaucoup de poils (soies). Cette race également élevée en plein air est rustique et vigoureuse

La race cul noir du Limousin

Cette race est originaire du Limousin dans le centre de la France. Les animaux présentent une robe bicolore claire et noire. La tête, la croupe et les membres postérieurs présentent des parties noires. Les animaux présentent une taille moyenne, un corps trapu et des oreilles à demi-dressées.

La race blanc de l’ouest

Vieille race de tout l’ouest de la France (Bretagne, Pays de la Loire et Normandie), la race blanc de l’ouest se caractérise par une robe claire, un grand corps allongé avec des grandes oreilles tombantes.

La race bayeux

Originaire de haute et basse Normandie, la race bayeux présente une robe claire tachetée de noir. De grande taille, les animaux ont des oreilles tombantes.  

La race corse

Originaire de Corse, cette race vient d’être officiellement reconnue du fait d’un travail de définition des critères permettant de la reconnaître. La couleur de la robe peut varier, plus fréquemment de couleur sombre (brun et noir). De petite taille, le corps est allongé avec des oreilles semi tombantes.

Il existe de nombreuses autres races à travers le monde, mais qui ne sont pas présentes sur le territoire français. Il y a quelques décennies, l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) avait introduit des races chinoises Meishan et Jiaxing très prolifiques (qui donnent naissance à de nombreux porcelets) afin de les croiser avec des races européennes pour obtenir des animaux plus prolifiques. Le seul problème que présentent ces races, c’est qu’elles donnent des viandes grasses qui ne correspondent pas aux attentes des consommateurs français. Le développement de ce programme ne s’est pas traduit par la diffusion de façon massive des animaux croisés issus de ce programme génétique.

Praesent dolor. id, accumsan ut commodo justo ipsum